mercredi 29 avril 2015

Idée #1 : faire une couverture en patchwork à partir de chutes de tissu qu’on voulait jeter

J’ai un problème : je ne jette rien. Je n’y arrive tout simplement pas. Au moment fatidique de passer à l’acte j’ai toujours des remords « et si ça venait à me manquer la semaine prochaine ? » « et si en fait, ça pouvait me servir plus tard ? ». En suivant donc ce principe qui est devenu miens, j’ai décidé de garder tous les petits morceaux de tissu qui me restent entre les mains lorsque je couds des vêtements. Tous. C’est à dire même des minis bandelettes trop petites pour faire des bretelles, même les carrés trop étroits pour y faire une poche. Tous.
Je me suis très vite retrouvée avec un sac en plastique rempli de bouts de tissus de toutes tailles et de tous genres. J’allais mettre tout ça à la poubelle lorsque mes remords sont réapparus « tous ces jolis bouts de tissus, c’est tellement de gâchis ! ». Oui mais bon, à un moment garder pour garder ça n’a pas de sens.
L’idée du patchwork m’est alors venue. J’ai pris tous les petits morceaux, je les ai soigneusement repassés puis découpés afin qu’ils soient soit carré soit rectangulaire. Et j’ai commencé.

J’ai tout disposé sur une grande table afin d’ordonner les bandelettes, de les coordonner et surtout afin de savoir dans quel ordre il me faudrait travailler.
J’ai éliminé les tissus qui faisaient trop « tâche » au niveau des couleurs, mais il n’y en avait pas beaucoup car en ce moment j’ai une fâcheuse tendance à n’être attirée que par le bleu et le rose…
Une fois mon patchwork préparé à plat, j’ai commencé à coudre : bande par bande. En les épinglant endroit contre endroit puis en piquant sur l’envers à 0,5cm.
Très vite je me suis aperçue que ma couverture serait deux fois plus petite en vrai qu’étalée sur la table. Et oui, les fameuses « valeurs de couture » !


Il faut aligner tous les morceaux sur un seul côté. De cette façon, un côté du patchwork sera droit et l’autre sera cranté en fonction de la taille des différentes bandelettes. A la fin il suffira de découper à partir de la bandelette la plus courte afin d’obtenir une ligne droite.
Je dois avouer que cette partie est laborieuse, et qu’après la frénésie  du « oohh j’ai une trop bonne idée » je me suis dis que je m’étais vraiment lancée dans un truc relou… Mais il faut garder patience car une fois que cette étape est passée, le résultat est vraiment chouette. Des motifs qui à priori ne seraient jamais allés ensembles se retrouvent dans une jolie harmonie.

La deuxième étape est de découper le dessous de la couverture. Le mieux est d’avoir un grand morceau d’un des tissus utilisés pour le patchwork, mais si vous avez un tissu super doudou, c’est bien aussi. Je me suis basée sur la taille obtenue par mon assemblement de petits morceaux pour découper le tissu.

Troisième étape : la garniture. J’avais vraiment envie que ma couverture soit moelleuse. Je me suis rendue à la Mecque de tous les couturiers en herbe, et oui au Marché Saint Pierre.
Pour changer j’ai voulu aller voir chez Tissus Reine si les prix étaient intéressants. Et bien ne cherchez pas la réponse est non. Je suis retournée bien vite au Marché Saint Pierre où le mètre de ouatine est au prix imbattable de 1,99€. Et du coup j’en ai pris 2 mètres… Oui je sais…
Sur mes deux mètres de ouatine je n’en ai que très peu utilisé puisque, toujours en me basant sur la taille de mon patchwork, j’ai découpé un rectangle en enlevant 1cm sur chaque côté.


Quatrième étape : l’assemblage de tout ça. Là c’est le moment où l’on se rend compte que je n’ai aucune formation en couture et que je bricole comme je peux... Je ne savais pas trop comment faire et aucun tutoriel internet ne m’a vraiment satisfaite. Alors j’ai improvisé ! J’ai épinglé mon patchowrk et le tissu du dessous endroit contre endroit et j’ai piqué tout autour en laissant 1cm de valeur de couture (ma couverture est déjà assez petite comme ça, je suis au centimètre près !) J’ai laissé une ouverture sur un des petits côtés.


J’ai coupé les coins en biais puis ouvert les coutures au fer à repasser. Ensuite j’ai retourné le tout et là, première satisfaction : c’est CLASSE.
J’ai alors inséré la ouatine à l’intérieur en passant par l’ouverture non cousue. J’ai bien fais coïncider les coins et les bords et j’ai épinglé les trois couches ensembles, tout autour de la couverture.



J’ai ensuite piqué à 3cm du bord, avec le patchwork au dessus, tout le long, même sur la partie ouverte que je n’avais pas encore refermée. A partir de là, la garniture est fixée et ne peut plus bouger.

Dernière étape : fermer l’ouverture avec un point à la main afin que ce soit discret.

Cout total de l’opération : 2€ de ouatine


Et voilà une première idée réalisée, et je ne suis pas mécontente de moi !
Ce coup si je ne me suis pas aidée d’internet alors c’est vraiment du bricolage et je pense que d’autres feraient ça beaucoup mieux que moi, mais l’idée de ce blog est de se débrouiller avec les moyens du bord et de faire les choses quoi qu’il arrive : même si on ne sait pas, même si on n’a pas le matériel, etc.
Je ne prétends pas avoir appris quoi que ce soit à qui que ce soit, j’espère juste avoir donné une idée :)

A demain !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire